La fécondation In Vitro (avec/sans ICSI)

La fécondation In Vitro classique (FIV)

La fécondation in vitro (FIV) consiste en une fécondation de l’ovocyte par un spermatozoïde en dehors du corps de la femme. La pénétration du spermatozoïde dans l’ovocyte se fait de manière naturelle.

Réalisé après une stimulation ovarionne : voir la page de la stimulation ovarienne en vue de FIV


La prélèvement des follicules


Il  a lieu 36 heures après l’injection, juste avant l'ovulation.


Elle se fait par un gynécologue spécialisé en AMP, au bloc opératoire, sous anesthésie locale ou générale parfois sous hypnose  selon le contexte et le choix de la patiente.


Réalisé par voie vaginale et sous contrôle échographique, la ponction permet l'aspiration du liquide folliculaire contenant les ovocytes. L'ensemble est transmis au laboratoire de FIV. Ce jour est appelé J0.


La préparation des spermatozoïdes


Les spermatozoïdes du conjoint sont recueillis le matin de la ponction au laboratoire de FIV dans une salle dédiée.


Certaines situations nécessitent l’utilisation de paillettes de spermatozoïdes congelés (utilisation de sperme de donneur ou sperme du conjoint congelé pour raisons médicales).


Les spermatozoïdes vont être filtrés plusieurs fois de façon à simuler le passage vers l’utérus puis les trompes. Ceci permet de les activer et de ne récupérer que ceux qui ont les plus grandes capacités fécondantes.


La Fécondation In Vitro classique


Le liquide folliculaire est analysé pour évaluer le nombre et l’aspect des ovocytes. En effet, tous les follicules ponctionnés ne contiennent pas obligatoirement un ovocyte.


Une fois les ovocytes isolés, ils sont mis au contact des spermatozoïdes préparés dans du milieu de culture. Environ deux tiers des ovocytes récupérés donneront un embryon.


La culture embryonnaire


Les embryons vont passer plusieurs jours dans les incubateurs à 37°C dans des conditions les plus proches possible du naturel.


Le premier jour qui suit la ponction (J1), le biologiste appelle le couple pour leur expliquer combien d’ovocytes ont été récupérés, combien étaient matures et combien sont fécondés. Seuls ces derniers vont dorénavant compter car ils vont se transformer en embryons.


En fonction de ce qui aura été prévu lors des consultations préalables, on planifie le jour du transfert ainsi que le nombre d’embryons à transférer. Cette décision émane d’une discussion entre l’équipe du centre et le couple à partir de la stratégie en vigueur dans le centre.


Le transfert d'embryon


Le jour du transfert, les embryons sont observés en début de matinée. Le biologiste appelle ensuite le couple et les informe de l’heure du transfert. Dans 20% des cas, la tentative ne peut aboutir faute d’embryons de bonne qualité. En l’absence de transfert, la tentative n’est pas décomptée.


Le transfert est possible de J2 à J6 selon le nombre d’embryons obtenus et leur qualité.


Dans certains cas, le transfert embryonnaire peut être différé, le biologiste propose dans ce cas une congélation complète de la cohorte embryonnaire (freeze all) pour permettre le transfert sur un prochain cycle.



Le transfert d’embryon(s) est un geste simple et indolore. Il s’effectue en salle de transfert à l’aide d’un cathéter fin et souple introduit dans l’utérus sous contrôle échographique permettant de déposer délicatement le(s) embryon(s). Selon les cas 1 ou 2 embryons sont replacer dans la muqueuse utérine.


L’embryon devra ensuite poursuivre son développement et s’implanter dans la muqueuse pour donner une grossesse. Un test de grossesse par prise de sang sera à réaliser une quinzaine de jours après, même en cas de saignement.